Comment résumer un livre en une image : le drame de la couverture !

Le grand match !

La couverture, le nerf de la guerre parait-il pour vendre un livre sur Internet et en librairie. Oui, mais, comment résumer un roman en une image ? L’auteur n’est pas forcément le mieux placé pour ça. C’est bête, un auteur (une autrice aussi d’ailleurs), ça voudrait tout mettre, faire passer la substantifique moelle de son bouquin. Comme c’est impossible, arrive l’heure des choix. Et pour Paris in utero, cette heure vient de sonner avec trois couvertures aussi belles les unes que les autres et pourtant très différentes. Et comme les romanciers ne sont pas forcément les meilleurs juges, j’ai demandé à mes amis Facebook et Twitter de m’aider.

Le grand match des couvertures

La grande perdante !

Paris in utero Kyoto apocalypseLargement distancée, elle a ses fans. Pourtant, trop japonisante, avec un côté mélancolique et recueilli, elle n’indique pas grand-chose du contenu réel du roman et d’ailleurs, aucun des lecteurs de Paris in utero ne l’a choisie. Il faudrait que j’écrive une romance post-apocalyptique intitulée Kyoto in utero pour l’utiliser. Je garde l’idée au cas où, sait-on jamais !

 

Et après le duo de choc, si difficile à départager !

Paris in utero villeLa couverture bleu et jaune récolte 25 votes, dont six lecteurs de Paris in utero qui trouvent qu’elle illustre bien l’histoire. Le souci, c’est qu’elle évoque elle aussi un côté post-apocalyptique à plusieurs de ses fans. Là, ça m’en bouche un coin, car vraiment, je n’avais pas du tout perçu cet aspect. On appelle ça la polysémie de l’image : un visuel ne symbolise pas la même chose pour différentes personnes. D’où l’intérêt de faire réagir un maximum de gens avant de prendre une décision.

La couverture rose, si rose, trop rose ?

Paris in uteroElle reçoit 25 votes dans la mesure où j’ai bien le droit de m’exprimer aussi ! Elle correspond à l’histoire pour huit lecteurs, un léger avantage, pas vraiment représentatif. Certains la trouvent trop rose… Là où elle fait la différence, c’est dans l’engagement : ceux qui l’aiment la surkiffent ! Avec enthousiasme et passion : « j’aime, j’aime, j’aime », « aimantée », « j’adore » ou « elle est trop stylée ». Et ça, j’ai l’impression que c’est exactement ce que l’on recherche au moment d’illustrer son livre. Du coup, sauf coup de théâtre, elle est la grande gagnante !

Et à tous ceux qui m’ont dit : la silhouette de la une avec les couleurs de la deux et le décor de la trois, en changeant les contrastes, soyez sympas, ne vous approchez jamais d’un graphiste, vous allez le rendre dingue !

2 réflexions sur « Comment résumer un livre en une image : le drame de la couverture ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *