Une micronouvelle monstrueuse : La Belle et la bête

Cocteau Jean Marais
La Belle et la bête

Dans sa jolie robe blanche en mousseline de soie, avec ses cheveux ondulés retenus par un ruban bleu, Belle est si délicate, abandonnée, évanouie dans mes bras… Je frémis à l’idée qu’elle se réveille et crie d’horreur en me voyant moi, si bestial, si abject.

Mon physique d’abord, difficile selon ma propre mère. Ces poils qui recouvrent tout mon corps comme un animal sauvage, mes mains et mes pieds énormes, griffus, et jusqu’à cette voix rauque, plus proche du feulement du tigre que de la parole humaine.

Je l’ai observée à distance, avant de l’emmener dans mon château. Je l’ai vue, si raffinée, servir le thé dans son jardin, saisissant sa tasse en gardant le petit doigt levé.

En rentrant, j’ai voulu l’imiter, réussissant à briser la moitié du service en porcelaine dont j’ai hérité. Je suis indigne d’elle, à jamais, aussi désarmé pour la séduire qu’un pot de chambre. Je suis la bête, un animal, tout juste bon à la capturer, l’emprisonner pour qu’elle devienne mienne.

Qu’ai-je fait ? Déjà elle soupire, ses yeux s’entrouvrent. Pourtant, je reste auprès d’elle, préférant affronter ses hurlements. Ses yeux s’écarquillent lorsqu’elle me voit. De la surprise, de l’étonnement, mais pas d’effroi, pas de terreur.
Elle s’assoit, passe sa main dans ma crinière – comment qualifier de chevelure cette touffe hirsute – et elle dit :
— Enfin c’est toi, mon lion, mon gros chat !

2 réflexions sur « Une micronouvelle monstrueuse : La Belle et la bête »

  1. Beau texte, comme d’habitude.
    Mais c’est bizarre, ma première réaction c’est d’avoir recherché une connotation à cette histoire. Laquelle ? Je ne préfère pas l’avouer.

    1. Ah ah ! Ce texte c’est un test de Rochschach, un peu d’encre, et chacun y trouve ce dont il a envie ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *